NUAGE1.jpg

Mobilier (sub)urbain 2019 coll.1

Cette série de mobilier urbain répond à une logique de raisonnement qu’il serait possible de qualifier d’abductif : « Et si … » 

Et si, comme le sport, les déplacements doux, la convivialité (…) les pratiques sexuelles devenaient elles aussi le motif de projets d’aménagement ou de projets urbain ? 

Et si, les politiques publiques, les entreprises, les architectes, passaient ou répondaient à des commandes dans une ville où la question de la sexualité n’était pas un sujet risible ? 

C’est la fiction qui est proposée ici, pour la ville de Nantes. Cette collection d’une trentaine d’éléments de mobilier fait suite à un travail de terrain, d’observation des lieux possibles, des coins, des recoins. Elle fait également suite à un relevé précis d’éléments, de stimuli, que la ville offre sans cesse à la libido. Lumières néon, publicités aguicheuses, odeur d’urine (…) chacun trouve dans la ville des stimuli à sa propre libido. Les architectures proposées sont alors des ouvroirs, terme emprunté au mouvement des Oulipos, des lieux où il est possible de … 

De fuir la ville, de s’embrasser, de se cacher, de se stimuler, de baiser, de draguer… Ces mobiliers suscitent la curiosité, ils jouent avec la loi ( l’attentat à la pudeur est visuel par exemple, certains mobiliers mettent donc en exergue les sons produits par une relation sexuelle). 

Ce travail s'est également prolongé par des réécritures de documents d’urbanisme qui intégreraient ces questions, réécriture de certains passages du PLU ou des PSMV.

banc.png